?

Log in

April 2017

S M T W T F S
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Tags

Powered by LiveJournal.com

tact_media in music_action

Bénabar - Qu'est-ce que tu voulais que je lui dise?

Взгляд Бенабара (Bénabar) меланхоличен и чуток до обыденных мелочей (след кинематографического образования). Критики, шутя, провозгласили его его выразителем поколения 30-летних французов - взрослых, не желающих взрослеть (для таких придумали словечко "адульсан" - "подвзросток"). Бенабар же, выпустив в 2008-ом диск "Infréquentable", открыл его песней "Эффект бабочки" (образ из знаменитого рассказа Бредбери: взмах крыльев бабочки в Камбодже, если проследить причинно-следственную связь, может вызвать ураган на другом конце света).

"Qu'est-ce que tu voulais que je lui dise?" - с предыдущего альбома певца. В этом шансоне нет и тени социального оптимизма, "социалоборчества" и всего того, что принято ассоциировать с "песнями протеста". Калейдоскоп микропортретов и микроисторий, выхваченных "уличной оптикой", останавливает внимание на повседневных трагедиях, ожидая от слушателя как минимум соучастия и сочувствия. Подобные песни в music_action</lj>  помечены тэгом "социальная анимация" (правильнее было бы говорить о социальной ре-анимации в атомизированной и оглохшей среде - о восстановлении "общественной души", чувствительности к ближайшему окружению).

Что сказать маленькой девочке, грустной от того, что с ней не играют другие дети? Или подростку, которого бросила любимая девушка? Или женщине, уволенной с работы? Какие слова найти для старика из Магриба, прожившему 30 лет на чужбине - на земле Вольтера и прав человека, но так и не заработавшего ни квартиры, ни документов? Показать ему фронтоны наших мэрий, на которых эмблемы с сакраментальным "свобода, равенство, братство"? Ободрить, что в будущем станет легче?

Bénabar - Qu'est-ce que tu voulais que je lui dise?

спасибо felesatra 

Cette gamine assise en pleurs que chagrinent de trop grands malheurs, les grandes s'amusent sans elle, exclue de la bande, elle reste toute seule. Une qui commande, des favorites, il parait qu'elle est trop petite, à la marelle y'a des V.I.P., dans les maternelles comme en boîte de nuit. Mais faut pas pleurer, ça va s'arranger...

Qu'est ce que tu voulais que j'lui dise ? Toute la vérité, rien que la vérité ? Est-ce que tu voulais que j'lui dise, que ça ne f'ra qu'empirer ?

Le plus triste, le plus dommage, elle le sait pas et c'est de son âge, mais elle-même un jour elle fermera sa porte quand à son tour elle sera la plus forte... Ce garçon assis dans un coin, quinze ans, la tête dans les mains, premier amour, premier chagrin, comme le shampoing, la formule deux en un.Il a beau dire que c'est pas grave, jouer les hommes, faire le brave, la savoir dans les bras d'un autre, ça lui brise le coeur, ça lui ronge le ventre... Mais faut pas pleurer, ça va s'arranger...

Qu'est ce que tu voulais que j'lui dise ? Toute la vérité, rien que la vérité ? Est-ce que tu voulais que j'lui dise, que ça ne f'ra qu'empirer ?

Qu'il a pas fini de pleurer, qu'la leçon n'est jamais apprise, mais si ça peut le rassurer, lui-même un jour fera sa valise. Cette femme qui cache ses pleurs, le café coule dans la cuisine, son patron n'était pas fier, faut dégraisser, drôle de régime. Chemise cartonnée, demandes de formations, dossiers bien classés, lettres de motivation, d'un geste elle balaye de tristesse et de rage les fiches de paye, les demandes de stages.

Qu'est ce que tu voulais que j'lui dise ?

Puisqu'elle savait déjà, elle le savait mieux que moi, que ça ne va jamais s'arranger, que ça ne f'ra jamais qu'empirer. Ce vieil homme fatigué d'Algérie, qui regrette son Maghreb jour et nuit, tout juste toléré aujourd'hui, faut dire qu' ça fait que trente ans qu'il est ici. Qu'il ne sera jamais propriétaire, qu'il occupe une chambre de bonne, au pays de Voltaire, au pays des lumières et des droits de l'homme. Ce sans-papiers rejeté qui repart, sans même dire au revoir, sans nous dire merci pour le billet de charter gratuit vers la misère de son pays. ça le soulagera sûrement d'apprendre, et faudrait quand même pas qu'il oublie qu'on a gravé Fraternité sur le fronton de nos mairies. Ce taulard emprisonné dans une cellule à six, il devrait en profiter parce que bientôt ils seront dix. Ce malheureux qui dort sur une ventilation de métro, il s'en fout de savoir que je le chante pas assez fort et beaucoup trop faux.

Qu'est ce que tu voulais qu'ils me disent ?

Comments